Araia Alda

22 Kms

Rien ne résiste à la vérité: nous pouvons être attaqués, mais jamais dépassés.

Nous avons quitté Araia par la rue Presalde et quand nous sommes dans la rue Santsarreka, nous prenons une rue à gauche qui nous mène vers l’école et le centre culturel du village. Nous arrivons à un carrefour et prenons à droite. Nous suivons notre chemin très bien tracé. Au carrefour nous prenons a gauche, toujours dans le même bon chemin. Un autre croissement, nous tournons à droite et prenons la route d’Albeniz. Nous voyons le village en face de nous et y arrivons sans attendre.
Nous traversons la route et passons derrière l’église. Nous nous dirigeons vers la gare du train, qui se trouve de l’autre côté du village et sur notre gauche. La gare est à 500 m du village d’Albeniz.

Nous traversons les voies du chemin de fer et nous tournons à droite pour rencontrer un chemin asphalté qui nous conduit à un pont sur l‘autoroute A-1. Nous traversons le pont et nous nous dirigeons vers le village de San Román. Nous entrons dans San Román. Nous traversons le village en suivant la rue principale jusqu’à la fontaine à la fin du village. A cet endroit, nous tournons à gauche et après +- 70 m, nous tournons à droite pour nous diriger vers une porte de bétail avec quelques poteaux indicateurs du GR-25 qui indiquent la direction de Bikuña.

À partir d’ici le chemin va bifurquer deux fois : la première à +-250 m, prendre le chemin à gauche et la seconde fois, 150 m plus loin, prendre le chemin à gauche de nouveau. A partir d’ici nous ne suivrons plus les indications du GR-25 et nous prenons le chemin qui monte vers le col Bikuña. Nous continuons toujours le même chemin qui parfois devient difficile à cause de la boue accumulée.

Nous passons par une porte de bétail que nous fermons soigneusement derrière nous. Nous continuons en montant. Nous arrivons à un croisement et nous voyons un poteau indicateur GR-282 devant nous. Nous prenons à droite et nous arrêtons de monter. Nous suivons le GR-282. Nous passons par une autre porte de bétail avec une chaîne que nous devons fermer derrière nous.

Un poteau indique « San Vicente de Arana. 17 km ». Nous suivons sa signalisation rouge et blanche en cheminant toujours avec beaucoup de prudence près du ravin. Il faut surtout faire attention les jours où il y a du brouillard. Nous cherchons les marques GR. Il n’y a plus de chemin mais un sentier dans le bois. Rester très attentif à la signalisation sur les arbres et sur les pierres.

Nous arrivons à la plaine de Zezama. Ici nous arrêtons de suivre le GR-282 et nous faisons un tour de 90 degrés à notre gauche pour passer à côté d’une étable de bétail avec une clôture en bois que nous laissons à notre gauche. Nous suivons les traces des marques du tracteur. Nous traversons la prairie de Zezama et nous nous dirigeons vers une bergerie qui a un petit mur à côté de la porte et qui apparaît derrière quelques arbres. Passé cette bergerie, nous prenons à droite et à 150 mètres, en montant un peu, nous voyons un chemin de terre blanche en bon état que nous avons à chercher.

Par ce chemin, nous arrivons à un croisement avec une route asphaltée. Devant nous apparaît, entre quelques bergeries, un chemin étroit. Nous sommes dans la Parzonería de Entzia y de Iturrieta. Nous continuons toujours tout droit sur les traces des tracteurs. Il y a quelques flèches orange, bien que souvent effacées et il reste les traces GR 120, mais parfois elles ne nous aident pas beaucoup. Le chemin se perd finalement dans une prairie où on peut deviner comme s’il y avait une bifurcation. Ici nous devons prendre à droite, en montant jusqu’à un chemin de terre blanche par lequel nous devons continuer à notre droite. Par ce chemin, nous arrivons à la route asphaltée A-2128. Nous prenons la route goudronnée à notre gauche et après 50 m, près d’une station météo, nous prenons le sentier qui part à droite de la route. Nous marchons par des sentiers qui ne sont pas très bien tracés et essayons de maintenir la même direction. Après 1 km, nous arrivons à un pâturage où nous tournons à gauche environ 90 degrés et nous retrouvons un chemin bien dessiné qui nous mène à la route du Alto de Iturrieta.

Une fois dans la A-3114, nous tournons à droite pour arriver après 500 m au Alto de Iturrieta, et là nous prenons le chemin de terre spacieux et bien aménagé qui commence sur la gauche.Par ce chemin, nous nous éloignons de la route. Continuez toujours tout droit et à un peu moins de 2 km, nous arrivons à Puerto Nuevo.

Ici il faut être bien attentif : il n’y a pas de signalisation ni d’indications que nous sommes arrivées à Puerto Nuevo et qu’il ne faut plus suivre le chemin demi-goudronné. Nous devons faire attention que le chemin fait une courbe très serrée sur la gauche. Nous devons quitter la route et continuer tout droit, directement vers la vallée de Arana, par un chemin qui descend juste devant nous. Une porte pour le bétail et des signaux blancs et jaunes nous aident à identifier l’endroit. À un 1,2 km, nous arrivons à des champs cultivés et à un barrage que nous laissons à notre droite. Toujours tout droit, ignorant tous les chemins latéraux, nous arrivons au village de Ullíbari. À l’entrée du village, sur notre gauche, nous voyons l’ermitage Santa Maria. Nous traversons le village, en passant près de l’église à notre droite. Au bout de la rue principale se trouve l’ermitage San Cristobal. Ici, la rue se subdivise et nous poursuivons sur la droite pour nous diriger directement à Alda, notre destination d’aujourd’hui.

ALDA

Mairie . Tel.: 945 406 006
Maison Rurale Biltegi Etxea . Carretera, 3. Tél. 945 406 042 / 656 762 793. Il faut appeler avant pour voir s’il y a un lit de libre. Une autre option est de se rapprocher à San Vicente où il ya un abri pour les pèlerins ou à partir de là, prendre un taxi pour Santa Cruz de Campezo (voir l’étape suivante). Une autre option est évidemment de dormir à la belle étoile. Chaque pèlerin se connaît et connaît ses possibilités.
Taxi y Autobus Juan Pérez (San Vicente) . Tel: 659 641 183 // 686 391 355

ARAIA

Taxi Elizondo (Agurain) . Tel: 608 871 820
Taxi Juan Francisco Gonzalez Flores (Agurain) . Tel: 945 301 113

Nous traversons la vallée qui relie Vitoria à Pampelune, et nous montons à la sierra de Entzia, la partie plus occidentale des massifs de Urbina et de Andia. A partir du col de Entzia, l’étape descend jusque la vallée de Arana,  d’une beauté spectaculaire.

Nous continuons à éprouver beaucoup de difficulté à trouver du logement, et il faudra penser à passer la nuit à la belle étoile.

Ullibari : Petit village, sans aucun service pour les pélerins.

Alda : Village encore plus petit, mais avec  un terrain de golf proche, conçu par Severiano Ballesteros. Il n’y aucun magasin, restaurant, bar, c’est ainsi qu’il faut penser à apporter quelque chose pour souper et déjeuner, ou bien chercher un taxi qui nous conduira à San Vicente de Arana, où il y a un magasin et un restaurant mais rien pour dormir.

Préambule: Nous vous encourageons à bien prendre du temps pour méditer la prière préparatoire. Rappelons-nous ce que nous dit Ignace : «Connaître et goûter intérieurement» est plus important que d’en savoir beaucoup. Ainsi, nul besoin de se presser. Aujourd’hui, nous continuons à contempler notre principe et fondement.

Demande de grâce : je te prie, Seigneur, afin que toutes mes actions soient inspirées par Toi, et réalisées avec l’aide de ta grâce, que toutes mes intentions et mes activités trouvent toujours leur commencement en Toi et en Toi leur accomplissement heureux.

Méditation :

Nos précédentes méditations nous ont rappelé où a été, est et sera Dieu : une présence fidèle sur le chemin de notre vie.

Aujourd’hui, notre attention se tourne vers le tableau d’ensemble, vers une vision plus grande, plus large sur le sens du «chemin de vie» de notre humanité. Quel est le plan de Dieu pour nous les humains? Quel est le but de notre voyage sur terre?

Dans les Exercices Spirituels (§23), Ignace répond à ces questions de façon simple et profonde: «L’homme est créé pour louer, respecter et servir Dieu notre Seigneur et par là sauver son âme, et les autres choses sur la face de la terre sont créées pour l’homme, et pour l’aider dans la poursuite de la fin pour laquelle il est créé. ».

Dieu nous a créés pour nous unir à Lui («sauver nos âmes», dit Ignace). Durant cette vie terrestre, nous nous approchons de Dieu par la louange et la gratitude pour les merveilles de cette planète ; nous nous inclinons avec un profond respect devant l’humanité et les dons que Dieu a créés, afin de servir Dieu en servant nos semblables.

J’expérimente la vraie liberté spirituelle lorsque je suis tellement saisi par  l’amour de Dieu que tous les désirs de mon cœur, toutes les actions, tous les sentiments, toutes les pensées et toutes les décisions qui en émanent sont adressées uniquement à Dieu, mon Père-Mère, à son service et à sa louange.

Nous commençons à réfléchir par nous-mêmes : nous savons bien ce qu’est une machine à café, alors, pour quoi ont été créés les êtres humains?

Textes à méditer :

Psaume 104. Le Dieu qui m’a appelé est le Dieu qui m’a créé et qui a fait tout le reste, parce qu’il m’aimait.

Genèse 22:1-18. Le texte sur la foi d’Abraham pose question à ma propre foi et à ma propre liberté.

Marc 12:28-34. Mon Principe et Fondement est l’amour de Dieu.

Colloque final : Qu’est-ce que je conserve de mon temps de prière, m’adressant à Jésus comme un ami parlant à un ami ? Je lui confie les points marquants de cette prière accomplie en marchant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bicyclette: difficulté extrême.

La pente de la montée est forte, mais c’est pire la boue qui se forme dans la partie haute du chemin. Circuler sur les sentiers jusqu’au col Opakua n’est pas possible : il faut marcher avec la bicyclette à côté de soi et parfois, chercher des alternatives non indiquées. Il vaut mieux prendre d’emblée un chemin alternatif qui passe par la route vers le haut d’Opakua et ensuite, par le haut de Iturrieta. D’abord, suivre la A-3138 et ensuite, monter par la A-2128 jusque Opakua et ensuite, continuer sur Iturrieta. La descente jusque Puerto Nuevo peut être un peu difficile pour la bicyclette, mais ou bien on marche avec sa bicyclette à côté de soi ou bien on opte pour descendre vers Kontrasta par la route et de là, aller jusque Ullíbari.
Pour les pèlerins à pied, insister sur le fait qu’en hiver, il faut être très prudent et que ce chemin est franchement déconseillé par temps de neige.

Araia: km 0;
Albeniz: km 2,2;
San Román: km 4,3;
Puerto de Entzia (Bicuña) km 11,9;
Puerto Nuevo: km 18,5;
Ullibari: km 20,5;
Alda: km 22.

Mapa

Schéma de l'étape

Altimétrie

Le temps à Alda

Alda
16°
orage et pluie fine
humidité: 82%
vent: 5m/s N
MAX 13 • MIN 12
14°
Ven
26°
Sam
29°
Dim
30°
Lun