quelques repères historiques

1491 : naissance d’Ignace de Loyola (Pays basque espagnol).

1521 (mai) : bataille de Pampelune, guérison et conversion.

1522 : séjour d’Ignace à Manresa.

1523 : séjour d’Ignace à Jérusalem.

1524 – 1527 : études à Barcelone, à Alcalà et à Salamanque.

1528 – 1535 : séjour d’Ignace à Paris. Premiers compagnons jésuites.

1537 (juin) : ordination sacerdotale d’Ignace à Venise.

1540 : reconnaissance de la Compagnie de Jésus par le pape Paul III.

1553 – 1555 : Ignace raconte une partie de sa vie à son secrétaire, qui commence à écrire son Autobiographie.

31 juillet 1556 : Rome. Ignace de Loyola retrouve la paix éternelle auprès de notre Seigneur.

Ignace est né probablement en 1491, dans une famille de la petite noblesse du Pays Basque. En 1521, plusieurs autorités locales espagnoles se révoltent contre leur roi et dix mille soldats français profitent du chaos interne en Espagne pour envahir le royaume de Navarre. Très appauvris, les défenseurs espagnols de Pamplone, dont Ignace de Loyola, résistent vainement aux envahisseurs. Ignace est frappé par un boulet de canon dans le dernier bastion de la ville, avant qu’elle soit envahie. Les vainqueurs le respectant comme un brave chevalier, il est transporté dans sa maison natale, à Azpeitia, où il subira des opérations très douloureuses et recevra également la grâce d’une conversion profonde au cours de sa longue et pénible convalescence.

Il décide de devenir pèlerin et d’entreprendre un pèlerinage en Terre Sainte, en faisant sa première halte au Sanctuaire de Notre-Dame de Montserrat. Il commence son voyage vers la fin janvier – début février 1522, atteignant Montserrat le 21 Mars. Sa brève autobiographie consacre seulement huit points à cette première étape de son pèlerinage espagnol, racontant entre autres incidents une rencontre fortuite avec un musulman et une dispute entre les deux hommes sur la question de la foi. Cet épisode remarquable de «dialogue interreligieux» finit presque mal quand Ignace croit que le musulman offense l’honneur de Marie.

Ignace achève le tronçon espagnol de son pèlerinage vers la Terre Sainte par un séjour de plus de dix mois dans la ville de Manresa, narration qui occupe la plus grande partie de son autobiographie. Les expériences et les idées principales de ses Exercices Spirituels ont lieu au cours de cette période passée à Manresa ; ces «exercices» tels qu’ils sont pratiqués par des millions de chrétiens pendant près de cinq siècles, sous toutes leurs formes, demeure l’une des pratiques spirituelles les plus célèbres et les plus influentes dans le christianisme catholique. Nous n’exagérons pas l’importance de cette phase de la vie d’Ignace. Comme il explique lui-même dans son autobiographie : «après soixante-deux ans de vie, s’il rassemblait toutes les aides reçues de Dieu, et toutes les expériences qu’il a connues, et s’il devait les rassembler en un seul moment, il ne pense pas avoir réalisé autant de choses dans toute sa vie qu’à Manresa».

Contexte historique : Ignace de Loyola et son pèlerinage de 1522

Entrer dans l’expérience d’Ignace

Malheureusement, aucun voyageur au long du Chemin Ignacien ne peut pas espérer expérimenter les illuminations qu’Ignace a vécues. Cependant, les voyageurs peuvent rejoindre à pied et admirer les mêmes lieux que le saint a connus, ce qui encouragera et fascinera de nombreux pèlerins. Il est fort probable (mais pas certain) que Ignace ait visité la plupart des éléments architecturaux et des églises construites avant le XVIe siècle, qui sont identifiées sur notre site web. Ignace était un pèlerin religieux vivant dans une culture religieuse. Dans les petites villes, qui possédaient seulement deux ou trois églises, Ignace aurait visité chacune et assister à la messe, prier devant un autel d’importance locale, ou écouter le chant des moines de la Liturgie des Heures.

Ignace se serait arrêté sur la place centrale de la ville pour acheter des provisions, confirmer la distance jusqu’au prochain village, ou tout simplement pour discuter. Certes, le pèlerin ne trouvera pas d’indication « Ignace a dormi ici » à Logroño, Saragosse, Tudela et Lleida. Cependant, à des centaines d’endroits tout au long de la route, on peut supposer qu’Ignace a prié ici, acheté sur cette place du marché, longé la rivière, marché sur la colline du sanctuaire ou du monastère, ou admiré le même paysage.

Les sites de pèlerinage ont proliféré pendant tout le Moyen-Age, ils étaient considérés comme des destinations sacrées, que ce soit par association à la vie d’un saint ou d’une sainte ou bien pour une présence divine. Les pèlerins quittaient leurs maisons et commençaient la route pour toute sorte de raisons. Certains cherchaient des faveurs, et beaucoup espéraient la guérison. La crainte de l’Enfer a aussi suscité la pratique du pèlerinage, ce qui est une caractéristique importante de l’époque d’Ignace et de sa vision du monde et marque une différence importante avec la mentalité moderne. Vivre un pèlerinage aujourd’hui peut nous sembler exotique et une activité curieuse; même les personnes religieuses peuvent ne pas connaître quelqu’un qui a voyagé en pèlerinage de nos jours. Cependant, le pèlerinage était un phénomène fréquent dans la vie médiévale. Beaucoup d’Européens partaient en pèlerinage vers les sanctuaires de courte distance près de chez eux, et il y en avait quelques-uns qui avaient la chance de faire une fois dans leur vie le pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle, à Rome ou en Terre Sainte. Les pèlerins du XXe siècle devront faire des efforts d’imagination pour apprécier l’importance, les pratiques et la théologie du pèlerinage à l’époque de saint Ignace, mais cela vaut la peine d’essayer. Ne manquez pas ce moment de votre voyage!

Pour en savoir plus : http://www.jesuites.org/content/ignace-de-loyola

Ou http://www.jesuites.com/ignace/ignace1.htm

Conseils pour le chemin

Aspects pratiques, références, certificats, moyens de transport, logement…

Pèlerinage dans notre vie

Les Exercices Spirituels et le pèlerinage sur le Chemin Ignatien, l’option de quatre semaines, guide pour le Chemin, respirer le Chemin, la prière d’introduction, le Chemin spirituel…

Le Bureau du pèlerin

Expériences, activités, agences, créances, associations, chemin du respect…