Fuentes de Ebro Venta de Santa Lucía

29,6 Kms

Agissons de telle façon que celui qui est riche s'efforce de posséder ses biens, plutôt que d'être possédé par eux.

Nous disons au revoir à Fuente de Ebro, et aujourd’hui nous nous séparons du Chemin de Santiago de Ebro: notre Chemin Ignatien suit le Chemin Royal qu’à pris Ignace de Loyola, en pélerinage vers le monastère de Montserrat et qui coincide, en sens inverse, avec le Chemin de St Jacques catalan.

A partir de la porte de l’église, nous prenons la rue principale, en face, que nous allons suivre jusqu’à arriver à la rue Ramón y Cajal, qui commence sur notre gauche et que nous prenons en descente. Dans la rue Mayor, à notre droite et presque goudronnée, une flèche jaune nous rappelle que nous allons dans la direction opposée. Nous arrivons à la route nationale et nous la traversons, en continuant en face, par la rue qui bifurque: nous prenons celle de droite, avenue de Lorenzo Pardo. Attention au parc situé à  250 m nous devons tourner à droite, par la rue del Baño. Toujours en face, par le même chemin jusqu’à arriver à un tunnel sous la voie à grande vitesse. Attention, une fois arrivé à la carrière nous avons une bifurcation: nous prenons à droite pour aller vers les voies du TGV (le chemin de la gauche nous mène à un tunnel qui passe sous la voie ferrée traditionnelle).

Une fois passé le tunnel, le chemin nous conduit à un pont sur la voie du train de Zaragoza – Barcelone. Nous le traversons et prenons à droite pour suivre le chemin parallèle à la voie de chemin de fer traditionnelle. Nous allons toujours tout droit près des voies pendant les prochains 3 km. Quelques mètres plus loin nous passons sous un pont et plus avant nous laissons un passage à niveau à notre droite. Nous continuons toujours tout droit.

Un chemin nous rejoint par la droite mais nous  continuons en tournant gauche. Dans 100 m nous tournons à nouveau à gauche, entrant dans un nouveau chemin et nous tournons à nouveau à gauche dans quelques mètres. Tout droit nous arriverons à la rivière Ebro et nous suivons sur la rive, en tournant à notre droite.

Nous continuons tout droit. Nous arrivons à la route A-1107 et nous tournons à gauche pour passer sur le pont. Ici nous nous séparons du Chemin de St Jacques de l’Ebro et nous prenons le Chemin de St Jacques Catalan. Nous entrons dans Pina, en traversant le pont sur la rivière Ebro, et nous nous séparons de ce bon compagnon du Chemin Ignatien.

Juste après le pont, nous entrons dans Pina de Ebro en cherchant la place de l’église, qui est sur notre droite, près du fleuve. Là c’est nécessaire de refaire ses forces dans l’un des nombreux bar-restaurants de la place. Il faut faire des réserves d’eau pour le tronçon de ce jour et peut-être pour une partie de la prochaine étape.

Pour sortir du village nous devons chercher la rue Fernando el Católico, en sortant de la plaza par la rue de l’église. Nous prenons la rue Fernando el católico à notre gauche et nous sortons du village pour nous retrouver sur la route en direction de la Nationale II. Un grand hangar de la coopérative agricole de Pina de Ebro nous sert de point de repère: l’enseigne COOPINA est bien visible. Dans 1,5 km nous sommes arrivés à la Coopérative agricole et nous prenons le chemin de terre parallèle à la route.

Nous passons la coopérative et nous laissons à notre droite le cimetière du village. La chapelle de San Gregorio apparaît sur la hauteur, à notre droite. Notre chemin mène à un canal d’irrigation et nous quittons la route, en prenant le chemin de terre avec pour indication: “Mirador de San Gregorio”. Nous montons par le chemin de terre, nous ne prenons pas la déviation vers San Gregorio, mais nous continuons jusqu’à atteindre la rue goudronnée du parc industriel. Nous prenons la rue vers notre droite, en descendant. A la première rue, nous tournons à notre gauche et la continuons, nous dirigeant vers une des grandes tours de la compagnie d’électricité. Nous voyons des flèches oranges sur les lampadaires de la rue.

Nous arrivons à un croisement de rues, près d’une tour à haute tension. Un chemin de terre commence à notre droite, à côté de la tour, et nous  le prenons. Des poteaux électriques nous accompagnent sur le chemin et la figure d’un grand taureau noir nous salue devant nous. Nous allons nous rapprocher du taureau noir. Nous allons tout droit jusqu’à atteindre la route N-II, notre nouvelle compagne sur le chemin.

Nous ne la traversons pas, mais nous dévions par un chemin à notre droite, qui nous éloigne pour un temps de la N-II. Nous montons vers le plateau de los Monegros. Nous continuons en face par notre chemin de terre, qui serpente dans les champs. Nous ne prenons aucune déviation. A 2,8 km de la N-II nous arrivons en haut du plateau de los Monegros et nous rencontrons des granges pour le bétail qui sont assez grandes à notre gauche. A leur hauteur, le chemin bifurque: nous prenons à notre gauche et nous continuons tout droit.

A 1 km, nouvelle bifurcation, que maintenant nous prenons à notre droite. Tout droit, durant 1,8 km jusqu’à la nouvelle bifurcation, que nous prenons à notre gauche. Dans 1 km, nouvelle bifurcation que nous prenons à notre droite pour monter notre chemin. Tout droit, par notre chemin qui est le chemin principal, sans prendre l’un des chemins latéraux qui vont et viennent de champs adjacents. Nous nous approchons de la N-II. Le chemin nous mène à l’Auberge de Santa Lucía, à laquelle nous arrivons par derrière.

FUENTES DE EBRO

Taxi Sonia Rubio . Tel: 627 574 290

PINA DE EBRO

Ayuntamiento . 976 165 007

Pensión Los Valles . Magisterio Nacional, 7. Tel.:976 165 553 / 675 721 711.

Taxi José M Franco . 618 54 37 67

Venta de Santa Lucía . Pas de possibilités d’hébergement. Vérifiez l’arrête de bus AGREDA à Venta Santa Lucia vers Bujaraloz: Bus tous les jours à 15h30.

www.agredasa.es 

Nous commençons une série d’étapes qui ne sont pas les plus faciles du Chemin Ignatien. Les étapes proches de Loyola, au Pays Basques, étaient dures à cause de ses forts dénivelés et le froid hivernal. Maintenant nous nous confrontons au dénommé “desierto de los Monegros”. Nous devons faire attention à ne pas tomber dans le piège de vouloir le passer en courant. Ce sont des passages durs qu’il faut faire à son rythme: ni trop rapidement ni plus lentement que ce qui est nécessaire. Si dans certaines étapes du Chemin Ignatien on peut par idéal romantique désirer dormir à la belle étoile, dans le “desierto de los Monegros” c’est quasiment une obligation. L’eau est rare: cela va être difficile de maintenir le rythme de la douche quotidienne. Chaque pélerin doit choisir son chemin.

Dans cette étape nous laissons de côté le Chemin de St Jacques del Ebro et nous commençons le Chemin de St Jacques catalan, aussi appelé Camí de Sant Jaume. Comme c’est déjà l’habitude nous continuons “à contre courant”. Nous  finissons cette étape dans le restaurant Venta de Santa Lucía, parce que 29 km nous semblent suffisants. Il y a la possibilité de continuer le chemin en ajoutant 11 km et arriver ainsi jusqu’a la station-service le Ciervo, mais il n’est pas pour autant possible de loger dans cette ancienne pension.

PINA DE EBRO: C’est le dernier village du Chemin de St Jacques catalan. Le couvent franciscain de San Salvador (XVI-XVIIème s.) garde le style mudéjar que nous avons déjà vu avant d’arriver à Zaragoza. Village de plus de 2000 habitants, il y a possibilité de trouver un restaurant, une pharmacie, un supermarché et une banque. Mairie: 976 165 007.

VENTA DE SANTA LUCÍA: Restaurant. Il n’y a pas de possibilité de logement. Route Nationale – II, Km 372,3. Tel: 976 162 001. Il est plus prudent d’appeler le restaurant dès Pina de Ebro pour s’assurer qu’il est ouvert et qu’ils pourront proposer de l’eau et un repas. Si vous n’obtenez pas de réponse, mieux vaut acheter des produits alimentaires et des boissons à Pina, si vous êtes disposés à dîner et petit déjeuner dans la campagne. Vous pouvez aussi prendre le bus AGREDA à Venta (à 15h35, www.agredasa.es) et aller à Bujaraloz, en sautant comme ça l’étape suivante. Cette ligne de bus couvre tous les emplacements situés entre Saragosse et Lleida, il est donc très pratique pour les pèlerins.

Préambule: N’oublions pas la «prière introductive ». Nous sommes maintenant dans la « troisième semaine » de nos exercices spirituels. Ignace nous demande d’être conscients des difficultés auxquelles, de plus en plus, Jésus est confronté dans son «pèlerinage de vie». Nous entrons dans une partie plus « aride » de notre pèlerinage, tout en essayant de prendre en compte et ne pas oublier l’effort généreux de Jésus pour nous. Nous gardons dans nos cœurs une « tristesse » pendant  que nous marchons avec Jésus vers Jérusalem pour la dernière fois de  sa vie. Dans notre colloque final nous avançons dans la connaissance intérieure de Jésus, qui va souffrir la mort sur la croix, en dépit de son innocence. Nous parlons de notre affliction avec notre «ami» dans le colloque final et aussi pendant la journée.

Demande de grâce: Je demande au Père de m’entraîner vers Jésus pour que je puisse entendre et comprendre son défi, sentir le frisson de son aventure et un désir ardent de le servir lui et son peuple, partageant leur sort et leur souffrance.

Méditation: Dans l’Evangile, Jésus va en pèlerinage de la Galilée à Jérusalem, où il va célébrer la Dernière Cène et se soumettre à sa passion et sa mort. Il a passé près de trois ans en compagnie de ses disciples, cependant, ce dernier voyage révèle que son message n’a pas encore été complètement acquis par les apôtres. Ils se disputent, par exemple, pour  qui sera le plus grand dans le royaume de Dieu. Encore une fois, Jésus essaie de leur faire comprendre que le commandement dans le royaume de Dieu c’est vivre au service des autres. Ils ne comprennent pas – ou peut-être sommes-nous réticents à entendre et à accepter – que le chemin de Jésus implique une certaine souffrance, un sacrifice: l’abnégation. Avec l’imagination contemplative, nous nous voyons dans ce long voyage de pèlerinage vers Jérusalem avec Jésus. Présentons nos propres questions, et prions pour que nos yeux s’ouvrent pour voir plus clairement son message et avoir nos oreilles de plus en plus ouvertes  pour entendre son appel.

Dans son périple, Jésus se sent faible et fatigué. Les disciples vont chercher de l’eau et de la nourriture, mais il reste en dehors du village. Le soleil est haut et chaud. Samarie. L’Evangile de Jean parle de l’arrivée d’une femme samaritaine. Il y avait une profonde inimitié entre les Juifs et les Samaritains. Jésus est près d’un puits pour puiser de l’eau, mais il n’en obtient pas . Il a besoin d’aide. Jésus a soif ;  il demande à la femme de  lui offrir de l’eau, et ainsi grâce à  la conversation qui a suivi, la Samaritaine  découvre qui est Jésus et l’accepte comme le Christ. Malgré qu’elle ait  vu de  ses yeux un homme fatigué et faible, qui a besoin d’eau.

Qui suis-je? Qui est Jésus? Dans la rencontre avec Jésus, Dieu nous aide à nous comprendre plus profondément, et dans le processus, nous comprenons aussi Dieu plus profondément. Le Chemin Ignatien traverse la région « Los Monegros », en Espagne,   au climat   proche du désert. En marchant dans cette région chaude, paysage aride et poussiéreux, on peut imaginer combien il était important d’avoir de l’eau dans la réalité et l’imagination des auditeurs de Jésus. Pas de nourriture, pas d’eau, pas de vie. Cela nous amène à l’une des images symboliques les plus importantes de l’Evangile: Jésus est l’eau de la vie éternelle, la source qui ne tarit jamais, l’eau abondante. La transformation personnelle est une conséquence inévitable de la vraie rencontre avec Jésus: de la même manière qu’il change la vie des personnes handicapées, il a changé la vie de cette femme en lui parlant. Approchons-nous  de Jésus au puits d’eau, comme l’a fait la Samaritaine: qui suis-je vraiment? Et qui est Jésus? Qu’est-ce que me dit Jésus? Qu’est-ce que réponds-je?

Textes:

Marc 10:32-45. «Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous.»

Jean  4:6-15. «Quiconque boit de cette eau aura encore soif, mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura plus jamais soif.»

 Jean 6:30-44. Je crois que Jésus est le pain vivant, l’eau qui donne la vie et je supplie  le Père qu’il me rapproche plus de Lui pour que, en mangeant et buvant, je puisse avoir une nouvelle vie.

Colloque finale: Résumer ce qui a été réfléchi au long de la prière, en parlant avec Jésus comme un amie le fait avec un autre. Être sincère avec lui sur les points de méditation trouvés dans cette étape.  Si nous nous sentons avec un bon esprit, nous pouvons demander à Jésus d’être acceptés sous son étendard. Finir avec le Notre Père.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bicyclette: facile.

même s’il y a une forte pente pour aller à la meseta de Los Monegros.

Fuentes de Ebro : Km 0.
Pina de Ebro: Km 11,6.
Venta de Santa Lucía: Km 29,6 km

Mapa

Schéma de l'étape

Altimétrie

Le Temps pour la vente de Santa Lucía

Venta de Santa Lucía
21°
couvert
humidité: 77%
vent: 3m/s OSO
MAX 23 • MIN 21
25°
Lun
29°
Mar
25°
Mer
28°
Jeu