Gallur Alagón

21,7 Kms

Aragon

Nous sommes entrés dans ces gracieuses terres d’Aragon, baignées par le fleuve Ebre et sa longue histoire voyage : le cours de la rivière rejoint la mer Méditerranée, il a été un moyen de communication dans les cultures anciennes. La culture de l’Afrique du Nord et l’empreinte de l’islam dans les terres de la péninsule se reflètent dans les traditions folkloriques et l’architecture de cette région. Le pèlerin va s’en apercevoir lors du passage dans ses villes.

Arrivés à Saragosse, nous trouverons les racines chrétiennes liées à la tradition antique de l’arrivée en Espagne de l’apôtre saint Jacques. La Virgen del Pilar, dans son sanctuaire, veillera pour ceux qui suivent le bon Chemin de Saint Ignace, comme elle a aidé l’apôtre Saint-Jacques le Majeur dans son entreprise d’évangélisation de la péninsule ibérique. La ville de Saragosse mérite une attention particulière et il est sage de planifier un arrêt  un peu plus long, et plus encore si nous pensons que de la bonté de l’Ebre nous devons passer à la dureté du « désert » de Los Monegros.

Une caractéristique de la région est le « cierzo », le vents fort du nord caractéristique de la vallée de l’Èbre, qui est déjà nommé dans les jours de l’Empire romain, qui peut souffler en rafales jusqu’à 100 km / h en hiver et au printemps. Les agriculteurs érigent des barrières pour protéger les cultures contre l’érosion éolienne.

Llanura en Los Monegros

Los Monegros, la région autour de Bujaraloz, nous rappelle certaines régions désertiques du sud de l’Espagne ou l’Afrique du Nord. Un arbuste, le Juniper, de feuilles et tige presque noire, a donné son nom à cette région (Montagne Noire), qui atteint la rivière Cinca. Des canaux d’irrigation modernes ont permis la transformation de vastes étendues de cette région en terres arables, mais la plupart du temps, cette terre est extrêmement sèche et chaude en été. Elle offre très peu de gîtes et de boutiques où les pèlerins peuvent stocker ou se loger.

C’est tout simplement une partie du Chemin Ignacien très difficile pour le pèlerin en raison de la distance entre  les étapes, la chaleur et la déshydratation. Un pèlerin sage ne doit pas sous-estimer cet environnement inhospitalier. Vous devez vous approvisionner suffisamment d’eau et ne pas marcher ou vous déplacer en pleine chaleur  la journée. Si vous faites votre pèlerinage pendant les mois d’été, vous pouvez réfléchir s’il est préférable de prendre l’autobus de Saragosse ou de Pina de Ebro à Fraga (intermodal gare routière, Tél: 902 490 690). Mais si votre désir est de vivre l’expérience du pèlerinage, vous ne devriez pas ignorer cette partie de la Voie Ignatienne!

Plus les situations nous semblent désespérées, plus nous devons espérer  en Dieu. Lorsque l'aide de l'homme ne parvient pas, Dieu est proche.

Nous nous mettons en route pour le parc de Pignatelli, près du canal. De là nous prenons la rue du Chemin Royal, en hommage à l’ancien Chemin Royal que St Ignace a parcouru à son époque; aujourd’hui c’est la route VP-24, plus ample et goudronnée.

Toujours droit sur notre chemin nous arriverons à Luceni, après le rond point de la route qui mène à Boquineni.

Nous entrons par la rue de Ramón y Cajal, par laquelle nous traversons tout le village. Dans quelques instants nous laisserons sur notre gauche la place du village avec les bancs et les platanes. Nous continuons toujours tout droit. A la sortie de la route, nous trouvons une déviation qui nous mènera à Pedrola. C’est sans doute ici que se situait le lieu où l’âne d’Ignace a décidé de suivre le Chemin Real et de ne pas prendre le chemin emprunté par le Musulman qui avait discuté avec Ignace. Nous sommes dans la rue de Daoiz y Velarde, en face de la maison numéro 37.  Nous continuons toujours tout droit notre chemin, suivant le récit de l’autobiographie. Après trois kilomètres, l’Ebro nous approche d’un méandre pour nous annoncer que nous sommes dans le village de Alcalá de Ebro. Nous tournons sur la gauche pour aller directement à la Mairie et dans la rue de Cervantes, où commence le chemin vers Cabañas de Ebro.

Dans ce village cela vaut la peine de jeter un oeil à l’église et au monument de Sancho Panza, figure marquante ici vue que nous sommes à l’Ínsula de Barataria, décrite dans Le Quijote. En réalité ce n’est pas une île mais, en période de montée de l’Ebro, elle restait isolée. La statue  se trouve derrière l’église. Nous prenons la rue Cervantes et à env. 500 mètres après être sorti du village, notre chemin se trouve face à une bifurcation. Nous prenons celui de gauche, le chemin de Cabañas, que se fait plus imprécis après un peu plus d’un kilomètre et qui petit à petit nous approche de nouveau de l’Ebro.

Nous continuons tout droit, avec l’Ebro à notre gauche sur un kilomètre jusqu’à arriver à Cabañas de Ebro. Nous entrons par la gauche jusqu’à l’église. Nous traversons le village, nous sortons par la rue Mayor et prenons la route CV-411, qui à 1,5 km nous conduit à la route CV-911, que nous prenons sur la gauche. Cette route est assez passante et il faut faire attention. Après 1,5 km nous rencontrons un tunnel sur notre droite qui traverse par en dessous l’autoroute AP-68. Nous le prenons et tout de suite nous passons aussi en dessous de la voie ferrée dans un autre tunnel. Le chemin nous conduit tout droit à Alagón. Si nous traversons la route et continuons tout droit l’Avenue de la Partalada nous conduit au centre du village.

ALAGÓN

Mairie (Maison communale) Tel.: 976 610 300.

Hostal Baraka . , San Pedro, 13. Tel.: 976 616 011

Hotel Los Ángeles . , Plaza Alhóndiga, 4. Tel.: 976 611 340.

Pensión Jarea . Méndez Núñez 45, Tel.: 629 489 776

Pensión Mª Carmen, . Portillo 3 2ª, Tel.: 670 762 554

CABAÑAS DE EBRO

Mairie (Maison communale) Tel.: 976 611 086.

Casa Rural Guadalupe . (capacidad 24 personas) Callizo de la Jota, 3. Tel.: 637 524 363.

Hostal Cubero . Av. Alagón 23, Tel: 976 611 720

GALLUR

Taxi Zueco . Tel: 976 857 318

LUCENI

Mairie (Maison communale) Tel.: 976 652 003.

Hotel La Imperial** . Ctra. Logroño, km 37. Tel.: 976 652 111.

Pensión Alejandro . , Calle del Horno 1, Tel.: 679 441 838

LUCENI: Le nom du village, qui compte env. 1000 habitants, est lié avec la présence romaine (Lucius) et la voie de transport qui unissait le nord de la Péninsule avec la mer Méditerrannée. Parmi les fouilles archéologiques des couches primaires du village on a découvert des pièces de monnaie et des médailles avec l’effigie de l’empereur Antonio Pío (IIème s. ap. J.C.), ainsi que des pièces wisigothes des règnes de Wamba et de Witiza (VIIème et VIIIème s.). Son église dédiée à la Vierge de la Candelaria, est du  XIIIème s. Probablement nous trouvons à la sortie de ce village  le lieu possible où nous pourrions situer l’anecdote qu’Ignace raconte dans son autobiographie, qui rappelle quand il a du décider entre la vie et la mort d’un Musulman avec lequel il avait eu une discussion. Dieu voulut orienter Ignace de façon à ce que ce soit la Vie qui sorte gagnante. Luceni a un atelier pour les vélos, des restaurants, des pharmacies, un centre de santé, des supermarchés et des banques. Malheureusement cela fait déjà quelques années que l’eau des fontaines de Luceni n’est plus potable, c’est dû à la présence de pesticides dans les fermes alentours.

ALCALÁ DE EBRO: Les ruines d’un château donnent une indication sur l’origine du nom qui vient de l’arabe Al-calat, Le Château. Dans l’impressionante église de la Santísima Trinidad (XVIIème s.) se trouve un tableau dédié à  San Francisco de Borja, troisième General de la Compagnie de Jesus. Il y a deux photos à prendre: l’une avec la rivière Ebro et l’autre avec la statue de “Sancho Panza”, dans la rue derrière l’église. Avec ses trois cents habitants, il y a un restaurant, une pharmacie, un centre de santé, un supermarché et une banque.

CABAÑAS DE EBRO: Petit village de 500 habitants.

ALAGÓN: Village situé à l’embouchure de la rivière Jalón du fleuve Ebro, il a son origine dans la ville de Alaun, la plus à l’est des villes de vasconas, dans laquelle on a découvert des pièces de monnaie avec des inscriptions de l’alphabet ibère. Elle fut conquise par l’Islam en 714. De sa période musulmane elle conserve une impressionante oeuvre mudéjar en l’église de San Pedro Apóstol. Toute l’église, située à l’emplacement de l’ancienne mosquée vaut la visite ainsi que son retable principal, (XVIème s.). Dans la partie ancienne du village, se trouve un ancien collège de la Compagnie de Jésus, à côté de l’église de San Antonio de Padua. Il y a des restaurants, des pharmacies, un centre de santé, des supermarchés et des banques. Le contact de l’Office du tourisme est le suivant: tel. 976 611 814.

Préambule: Nous continuons à marcher avec Jésus, pour le voir plus clairement, l’aimer plus profondément et le suivre avec plus de proximité. Ne pas oublier la «prière introductrice», toujours avant nous mettre en prière et aussi tout au long de la journée. A partir d’aujourd’hui, le colloque final est de plus en plus important: nous sommes en train d’entrer progressivement dans cette connaissance intérieure de Jésus qui permet de donner finalement la force à notre engagement de vie. Cette question est abordée avec notre «ami» dans la conversation à la fin de la prière et aussi au cours de la journée.

Demande de grâce: Je prierai le Père pour trois choses dont j’ai besoin et que Lui seul peut m’accorder: une connaissance plus intime de Jésus, qui est devenu l’un de nous; une expérience personnelle de son amour pour moi tel que je puisse l’aimer plus tendrement; et une union plus étroite avec Jésus dans sa mission pour apporter le salut à l’humanité.

Méditation: L’image la plus remarquable de la vie publique de Jésus pourrait bien être celui d’une personne qui guérissait les gens. Le ministère de guérison de Jésus est aussi un ministère de salut. Jésus guérit les corps, les esprits et les relations brisées avec Dieu et d’autres à travers le pardon. Jésus dit à un homme paralysé de se lever et de marcher, et fait un massage avec de la boue sur les yeux d’un aveugle. Sa préoccupation n’est pas seulement de récupérer la branche morte ou le corps qui ne fonctionne pas. Son souci c’est aussi que celui qui reçoit la guérison puisse aussi se transformer, s’éloigner du péché et croire en Lui. Nous connaissons bien  sa merveilleuse compassion,  sa volonté de s’engager avec les exclus et les intouchables de la société. Profitons de la pratique de la contemplation ignacienne, c’est-à-dire, imaginer une ou plusieurs de ces scènes du ministère de Jésus, et  nous situer dans la scène, peut-être comme un compagnon de voyage avec Jésus, ou peut-être comme celui qui amène les malades à Jésus, ou nous-mêmes comme malade – qu’est-ce que Jésus veut faire pour me guérir? Lors de la saisie de ces mystères dans notre pèlerinage, nous nous sommes tournés vers Jésus avec un besoin de guérison du corps et de l’esprit. Continuons à demander la grâce de cette journée.

Textes:

Luc 18: 35-43. « Jésus, Fils de David, aie pitié de moi! »

Jean 5:1-9. La question de Jésus à un homme malade et paralysé est également dirigée vers moi dans la contemplation, «Est-ce que vous voulez être guéri?» Je montre au Seigneur mon besoin de guérison: ma petitesse, mon orgueil, mon ambition, mon besoin de sécurité et de contrôle, mon auto-tromperie. «Oui, Seigneur, je veux être guéri.»

Luc 8:40-56. Je demande à Jésus de venir dans ma maison. Je m’efforce de toucher le bord de son vêtement.

Colloque finale: Résumer ce qui a été médité tout au long de la prière, en parlant avec Jésus comme un ami parle à son ami. Être sincère avec lui sur les points de méditation trouvés dans cette étape.  Si nous nous sentons dans un bon esprit, nous pouvons demander à Jésus d’être acceptés sous son étendard et devenir un guérisseur comme lui. Finir avec le Notre Père.

A ce stade de son pèlerinage, Ignace est encore «trop chevalier» et il  fait une rencontre qui aurait pu changer le cours de sa vie. Dieu était prêt à réagir pour enseigner à Ignace la valeur de la prudence et le contrôle  de ses propres impulsions, même si c’est pour une « bonne cause »:

«Donc  tandis qu’il allait son chemin, un Maure le rattrapa, monté sur un mulet. Et, se mettant à parler ensemble, ils en arrivèrent à discourir au sujet de Notre-Dame. Le Maure disait qu’il lui semblait en effet que la Vierge avait conçu sans homme ; mais qu’elle ait enfanté en restant vierge, cela il ne pouvait pas le croire et il en donnait pour cause les explications naturelles qui s’offraient à lui. De cette opinion, le Pèlerin, en dépit des nombreux arguments qu’il lui donna, ne put le faire démordre. Alors le Maure  progressa  avec tant de hâte que le Pèlerin le perdit de vue et resta là, à réfléchir sur ce qui s’était passé avec le Maure. Il lui vint alors quelques motions intérieures qui faisaient naître en son âme du mécontentement, car il lui semblait qu’il n’avait pas fait son devoir, et qui excitaient aussi son indignation contre le Maure, car il lui semblait qu’il avait mal agi à consentir qu’un Maure eût dit de telles choses sur Notre-Dame, pour l’honneur de laquelle il était obligé de rétablir les choses. Et ainsi il lui venait des désirs d’aller chercher le Maure et de lui donner des coups de poignard  en raison de ce qu’il avait dit. Et, demeurant longtemps dans le combat pour ou contre ces désirs, il resta en fin de compte hésitant, sans savoir ce qu’il était obligé de faire. Le Maure qui s’était élancé lui avait dit qu’il allait dans une localité qui se trouvait un peu plus loin sur le même chemin que le sien, très près du chemin royal mais que le chemin royal ne passait pas par cette localité. »

«Et alors, lassé d’examiner ce qu’il serait bon de faire et ne trouvant aucune résolution certaine à prendre , il décida ceci, à savoir laisser aller sa mule avec les rênes lâches, jusqu’à l’endroit où les chemins se séparaient. Si la mule choisissait le chemin du bourg, il chercherait le Maure et lui donnerait des coups de poignard. Si elle n’allait pas vers le bourg mais prenait le chemin royal, il le laisserait tranquille. Et, tandis qu’il faisait comme il avait décidé,  bien que le bourg fût à peine à un peu plus de trente ou quarante pas et que le chemin qui y conduisait fût plus large et meilleur, Notre Seigneur voulut que la mule prît le chemin royal et laissât de côté celui du bourg. »

Nous voulons donner ici l’interprétation que José Luis Martín Vigil, sj. rend de ce fait et qui nous semble très illustratif des sentiments d’Ignace de Loyola, à ce stade dans son Chemin:

«Il est arrivé que, quand j’étais [Ignace] perdu dans mes pensées, un Maure désireux de parler, est arrivé à me rattraper,  mais  cela ne m’a pas bouleversé,  car il est nécessaire d’être poli. Nous avons parlé, je ne sais pas de quoi, jusqu’à demander le but de mon voyage, et je lui ai expliqué que j’allais au sanctuaire [Montserrat], parce que je ne pense pas qu’il comprenait mon but de venir en Terre Sainte. Et sous cette forme, on est venu à parler de la Vierge, et je me suis penché sur ce sujet avec l’enthousiasme qu’on attendrait d’un nouveau  converti.  Le Maure m’écoutait complaisamment  et  s’est  montré  respectueux  et raisonnable, et  ne s’est pas opposé à la virginité de Notre-Dame avant l’accouchement, ce qui en dit long  pour un Maure ; mais ne pouvait pas accepter l’idée de  la virginité après l’accouchement, encore que je lui donnais des raisons mais il refusait de les accepter, sans parvenir à un accord là-dessus. Nous avons parlé beaucoup inutilement et finalement il s’avança, disant qu’il allait à Pedrola, ville mauresque, vers laquelle s’écartait un chemin  quelques kilomètres plus loin. Je suis resté pensif et attristé méditant si j’avais bien agi avec le Maure et si j’avais accepté de le laisser parler plus qu’il fallait sur la Vierge, produisant une offense. Est-ce que j’avais bien fait  de permettre cette offense? Je dois être juge en fonction du temps que j’ai vécu. Martin Luther, qui n’était pas un homme d’épée, mais un théologien compétent, bien que trompé dans son approche,  dira , vingt ans plus tard, qu’il était légitime de poignarder un Juif  si on l’avait entendu jurer, et lui-même a avoué qu’il « lui donnerait une bonne gifle et  le percerait de son épée s’il le pouvait, parce que s’il est légal de tuer un voleur, à plus forte raison pour un blasphémateur  » et il y a plus de deux siècles, un Roi de France qui a été saint dit à ses hommes: « Les gens, quand ils entendent maudire la foi chrétienne ne devraient pas la défendre avec des mots mais avec l’épée,  l’enfonçant  dans le ventre de ‘infidèle autant  qu’ils  le peuvent « . Quoi de surprenant, alors, que le pèlerin ait des pensées de mort, l’honneur de sa Dame étant en jeu? J’ai ressenti une forte envie d’aller chercher le Maure et de le  percer de   mon poignard, mais aussi avec le doute, néanmoins, sur ce qu’il était nécessaire  de faire. Et donc j’ai décidé de ne plus tenir les rênes de mon cheval, de sorte qu’en arrivant  au carrefour des chemins, s’il prenait vers Pedrola, j’irais le chercher pour le tuer; mais s’il continuais le long de la route  principale, je laisserais tomber, et  cefût ainsi, et comme cela  je retrouvais la paix. C’était sous cette forme que le Maure ne sût jamais à quel point il aurait pu  mourir ce soir-là, comme il a plu à Dieu de le maintenir  en vie, malgré sa cécité à nier la délivrance virginale de sa Mère, Notre-Dame. »

(cf. José Luis Martín Vigil, Yo, Ignacio de Loyola, ed. Planeta. Pàg 64).

Dieu a sauvé le voyageur musulman et aussi Ignace de Loyola de commettre une action qui aurait eu des conséquences graves. Dieu est présent dans notre histoire et se manifeste sous de nombreuses formes. Nous pouvons découvrir la main de Dieu dans les choses les plus simples et les événements les plus humbles, comme laisser à la mule la décision  de la voie que nous devons suivre. Vivre dans le discernement de nos actes avec la lumière d’un cœur ouvert à Dieu, nous transforme en «agents de la vie» et pas de la mort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bicyclette: facile.

même s’il y a une route CV-911 assez passante et qu’il faut faire attention.

Gallur: Km 0.
Luceni: Km 8,2.
Alacalá de Ebro: Km 12,5.
Cabañas de Ebro: Km 16,5.
Alagón: Km 21,7.

Mapa

Schéma de l'étape

Altimétrie

Le temps à Alagón

Alagón
21°
couvert
humidité: 77%
vent: 3m/s OSO
MAX 20 • MIN 19
24°
Dim
25°
Lun
28°
Mar
24°
Mer