Palau d'Anglesola Verdú

24,7 Kms

Faites tout sans attendre de remerciements ; mais faites tout de telle façon que vous ne soyez pas blâmé en justice.

Depuis la Place Mayor, nous tournons à angle droit à notre droite et après 500 m nous dévions à notre gauche par la rue de Nou. Nous sommes déjà à la périphérie du village: nous traversons un canal d’irrigation par un petit pont et nous tournons à notre droite au premier chemin qui apparaît juste après le pont et une maison.

Le chemin continue parallèlement au canal que nous suivons à notre droite. A 400 m nous prenons la bifurcation à notre gauche. Nous nous éloignons du canal d’irrigation. Déjà nous sommes sur le chemin de Palau d’Anglesola à Castellnou de Seana. Après 600 m nous traversons une route, et après 1 km de plus, nous traversons une autre route.

Nous continuons à suivre notre chemin, toujours en face, sans prendre de bifurcations. Après 1,7 km nous devons traverser une autre route. Ici attention : après la traversée de la route, nous ne devons pas prendre le premier chemin qui se présente à notre droite, mais le second, qui se trouve davantage « en face » de nous.

Nous le suivons et en peu de temps nous laissons trois hangars agricoles à notre gauche. Nous continuons de face. Déjà Castellnou de Seana se profile devant nous. Le chemin bifurque avant d’arriver au village : nous prenons le chemin de gauche et ainsi nous évitons le rond-point et nous sommes mieux fixés pour la rue principale et pour la Place de l’église. La Mairie se trouve proche.

Pour sortir du village, à partir des écoles, nous prenons la rue du Calvaire (Calvari) qui coupe à un certain moment  sur la gauche la rue Marius Tort, mais nous ne la prenons pas et continuons dans la rue du Calvari qui va tout droit. C’est une route goudronnée à côté des champs et des fermes. Après quelques mètres, nous apercevons une carrière de pierre et de sable sur notre gauche et nous nous approchons du pont sur l’autoroute A-2.

Après l’avoir traversé, notre chemin descend vers la voie du train. A 800 m, il y a un tunnel qui passe en dessous de la voie ferrée. Au cours de ce petit tronçon, nous allons suivre les marques du Chemin de Saint Jacques que nous pouvons voir sur le trottoir. Après être passés par le tunnel, nous avons la ville de Bellpuig devant nous. Au premier rond-point nous prenons à gauche et au deuxième un virage à droite pour entrer dans la ville par l’Avinguda d’Urgell. Nous allons tout droit jusqu’à la Plaza Ramon Folch et passons près du monument du « Millénaire de la Catalogne ». Au rond-point, on continue tout droit pour arriver à la place Plaza Sant Roc et à la rue « Calle Mayor », que nous prenons à droite. Au bout de la Calle Mayor, tournons à 90 degrés vers la gauche dans la rue Balmes et puis, à 80 m dans la deuxième rue, tournons à 90 degrés vers la droite (toujours dans la rue Balmes pour sortir du village). Nous ne prenons pas l’Avinguda Preixana, que nous laissons derrière nous, et nous n’allons pas non plus jusqu’à l’église, que nous avons vue devant nous (et peut-être visitée auparavant).

Nous sommes sortis de la ville par une route goudronnée et arrivons à une route asphaltée à deux voies. Nous traversons et continuons tout droit par la même route. Nous suivons toujours la même route goudronnée sans prendre d’autres routes qui partent à gauche ou à droite. Après 1,5 km, nous trouvons à notre gauche le Motocross Circuit de Catalunya. Nous suivons toujours le même chemin et finalement nous arrivons à une ferme qui a deux silos alimentaires, dont l’un porte le nom de TEGAPOL. Le chemin de terre que nous suivons est celui de droite, suivant la clôture de la ferme. Nous suivons toujours le même sentier jusqu’à ce que nous atteignions un pont sur un canal d’eau. Nous traversons et continuons tout droit, par le chemin en face de nous.

Le chemin de terre devient asphalté quand on arrive à une ferme catalane en ruines et à la route qui indique la direction de Preixana. Nous continuons tout droit par le chemin asphalté, et la maison reste à notre droite. Après 1,3 km depuis la maison, nous tournons à droite sur un chemin de terre qui, au bout de 100 m, tourne à gauche. Nous nous dirigeons tout droit par le même chemin de terre, sans prendre aucune déviation à droite ni à gauche. Après quelques mètres nous voyons une carrière de sable sur notre droite et d’autres chemins, mais nous continuons tout droit.

Nous sommes arrivés à la route LV- 2021. A notre droite, il y a un petit sanctuaire religieux dédié à la Mère de Dieu de Remedios (du remède). Nous traversons la route et continuons tout droit par notre chemin de terre. Nous sommes arrivés à un carrefour de cinq routes et nous prenons la deuxième à gauche, celle qui est assez large. Nous suivons la route en descendant jusqu’à ce que nous atteignions la route C- 14. Traversons-la et continuons tout droit vers Verdú.

Nous arrivons au pont sur le canal d’eau et continuons vers Verdú et l’ermitage de Sant Miquel sur le bord de la ville. Continuons tout droit et nous entrons dans le village. Une fois que la rue Sant Miquel s’achève, et que nous arrivons à un carrefour, nous trouvons, droit devant nous,  la rue de Sant Pere Claver. Au début de la rue, sur la gauche, se trouve le « Sanctuaire – Lieu de naissance de Sant Pere Claver. »

BELLPUIG

Mairie . Tel: 973 320 408.

Hostal Agustín Martín Mingot. av. Catalunya, 32. Tel: 973 320 076

Hotel Stop ** . Tel. 973 320 865 (1 km de la ville par la route N-II)

Refugio de Peregrinos . (8 lits) Tel: 973 320 408 (appel 2 jours à l’avance ou écrire à oficinaturisme@bellpuig.cat)

CASTELLNOU DE SEANA

Mairie . La Mairie offre un petit refuge pour les pèlerins (Tél : 607 784 458 / 973 320 705). Au restaurant Café Modern on peut obtenir aussi de l’information (c/Sant Blai, 23. Tél : 973 320 843 / 655 926 549).

Maison rurale Olivé . Tel: 973 321 373.

Taxi Segarra . Tel: 630 538 180

VERDÚ

Refuge Saint Pierre Claver . Calle de Sant Pere Claver, 30 Tel. 687 095 070 – 30 plazas (Asociación de Amigos de San Pedro Claver) Email: refugipelegrinsverdu@gmail.com. Fermé de novembre à mars.

Appartaments touristiques Cal Senyor Joan . Plaça Major, 21, tel. 636 990 493

Mairie (Maison communale) . Office du Tourisme Tél. 973 347 216. La Mairie peut aussi donner des renseignements sur l’auberge des travailleurs ruraux. Tél: 973 347 007

Maison rurale Ca N’Aleix . Arquebisbe Terés, 10, tel. 973 311 393 / 678 640 343.

Maison rurale L’Era de Can Roger . c/ Sant Miquel, 34 Tel: 973 311 393 / 678 640 343.

CASTELLNOU DE SEANA : Petite agglomération de moins de 1000 habitants, elle nous offre restaurant, supermarché, pharmacie, centre de santé et banque.

BELLPUIG: ce village d’environ 5000 habitants nous permet de contempler un impressionnant sarcophage de marbre de Ramón Folc de Cardona-Anglesola (1525) dans l’église paroissiale, dédiée à Saint-Nicolas (XVIe siècle). Le sarcophage est une pièce très importante de l’art de la Renaissance catalane. Les escaliers de l’église ont été construits en 1792 dans le style baroque. Le Château de Bellpuig, lui, fut construit en 1079 et, au cours du XIIe siècle, il fut adapté comme résidence des barons de Bellpuig. Il fut restauré en 1472 et puis encore fortifié pendant la guerre de Succession d’Espagne (1714). Une partie du bâtiment fut détruite pendant la guerre d’Indépendance. Dans ce village, on peut trouver des restaurants, des supermarchés, des pharmacies et des banques. Le numéro de téléphone de la mairie est le 973 320 408.

VERDÚ : Petit village (1000 habitants) qui possède une grande signification pour la Compagnie de Jésus en Catalogne, puisque c’est ici qu’est né et a grandi celui qui sera connu comme le saint défenseur des esclaves noirs dans le port de Carthagène des Indes (Colombie), Saint Pierre Claver. Bien que petite, l’association des amis du saint accueille le pèlerin les bras ouverts. Le monument religieux le plus important est l’église paroissiale de Sainte Marie (XIIIe s.), avec son frontispice roman. A l’intérieur nous trouvons la sculpture gothique de la Vierge (XVe s.), en pierre polychrome et celle de Sant Flavià, patron de la localité ; dans la nef de la gauche se détache dans un retable baroque une petite Vierge, en bois polychrome, d’Agustí Pujol, considéré comme le chef d’œuvre de la sculpture catalane au XVII siècle, et l’autel principal peint à la fresque par Jaume Miguell. A côté de l’église se trouve le Château (XIIe s.), l’agglomération est née autour de lui. Sous l’influence du proche Monastère cistercien de Poblet, il se transforma en résidence des abbés quand ils étaient en visite à Verdú. Dans le sous-sol du château il y avait une cave et un moulin pour huile. L’autre édifice religieux est l’Ermitage de Sant Miquel (XIVe s.), de style gothique. La Place principale se trouve entourée de maisons des XVIIe et XVIIIe siècles. La céramique qui est produite dans ce village est bien connue pour sa couleur noire caractéristique. Le curieux « Musée des jouets et des automates » vaut la peine d’être visité. Le village nous offre restaurant, supermarché, pharmacie, centre de santé et banque. Bureau de tourisme, tél. 973 347 216

Préambule: Nous maintenons les mêmes esprits de joie, parce que nous sommes dans la contemplation de la vie de Dieu dans sa plénitude : il n’y a rien qui peut nous arrêter dans notre chemin vers la liberté et le bonheur éternel dans l’amour de Dieu. Vivons la dernière semaine, pleine de grâce et pleine de lumière. Nous nous réjouissons de chaque fleur, petit oiseau, sourire, main tendue. Ne pas oublier la “prière introductive” avant d’entrer dans la contemplation et pendant toute la journée. Souvenons-nous du colloque final: nous cherchons cette connaissance intime de Jésus ressuscité pour nous aider à suivre notre engagement dans la vie pour toujours. Nous en discutons avec notre “ami” dans le colloque à la fin de la prière et tout au long de la journée. Dans cette étape, il nous faut regarder le repère ignacien se référant à San Pedro Claver. Pierre Claver était un disciple de Jésus-Christ et un missionnaire jésuite en Amérique, appelé par ses compagnons l’esclave des esclaves.

Demande de grâce: Nous demandons au Père cette grâce: pouvoir entrer dans la joie du Ressuscité, le Christ victorieux, être capable de contempler la Vraie Vie que Jésus a accomplie pour nous. Réjouissez-vous profondément avec le Christ et demandez de vous sentir envoyés dans le monde  pour poursuivre sa mission.

Méditation: Le don d’être en vie, la grâce de la résurrection  en nous, n’est pas seulement un cadeau pour nous, mais une grâce à partager avec les autres et de l’énergie à mettre au service de la mission de Jésus: répandre la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu. Aujourd’hui, nous sommes renouvelés, mais  en même temps nous nous sentons engagés   envers notre meilleur “ami” pour l’aider à accomplir sa mission sur terre. Le Père continue à déverser l’Esprit du Christ dans les cœurs des hommes et femmes de notre temps. Il nous réconforte encore, et nous envoie avec la mission de réconforter ceux qui souffrent, les  pauvres et tous ceux qui aspirent au salut. Comme il est écrit: «Tu envoies ton Esprit et tout est créé, et il renouvelle la face de la terre.» (Psaume 104:30). Aujourd’hui nous demandons au Seigneur d’entrer dans la joie et d’être acceptés dans la mission réconfortante du Christ, et dans sa vie de résurrection.

Dans l’Evangile de Matthieu, nous rencontrons Jésus qui demande aux disciples d’aller en Galilée et là pour l’aider. Les disciples étaient des pécheurs qu’Il avait invités à devenir ses compagnons, ceux-là mêmes qui étaient des traîtres  en dernière minute. Maintenant, nous sommes avec eux en tant que disciples de notre pèlerinage vers le Royaume. Nous sommes ensemble avec d’autres, plus coupables ou plus fidèles que nous. Mais peu importe, parce que notre force et la sagesse sont le Christ, il ne faut pas avoir peur de répondre à son appel. Nous sommes dans la montagne, le lieu de rencontre entre Dieu et son peuple. Pour nous cela peut être un quartier, un laboratoire, une église, une clinique, un bureau, un salon, une école. Jésus nous donne notre mission: aller  dans le monde, baptiser, enseigner, aimer et communiquer la compassion de Dieu pour réconcilier l’humanité. On nous demande de remplir la mission à tout moment, en chaque circonstance de la vie. Et Jésus nous dit des paroles très belles: il nous promet qu’il sera toujours avec nous, à chaque instant de joie ou de douleur. Bien que peut-être nous ne nous sentons pas dignes de sa présence, il restera toujours près de moi, même si je suis un pécheur, une personne infidèle, une personne limitée. Il va nous donner son Esprit pour transformer toute situation humaine en une expérience de croissance.

Bien que notre foi soit faible, Jésus compte sur nous. Thomas a  dû reconnaître son manque de foi avant d’être envoyé dans le monde. Priez pour écouter l’appel de Jésus, qui nous invite à le suivre à la plage et être avec lui. Nous nous joignons aux disciples dans la réception de notre engagement et en recevant sa bénédiction.

Textes:

Matthieu 28:16-20. « Je suis avec vous jusqu’à la fin du monde. »

Jean 20:24-29. Tout comme Jésus a été tolérant des ténèbres et du doute de Thomas, il l’est aussi avec moi aujourd’hui et il est heureux de me consoler avec le don de la foi renouvelée. En sa présence aimante, je dis: «Mon Seigneur et mon Dieu!”

Jean  21:1-17. Le moment de joie – “C’est le Seigneur!” Le moment du partage – “Venez manger avec moi.” Le moment d’intimité et de décision – «M’aimes-tu?” Le moment de la mission – «Pais mes brebis.»

Colloque finale À ce stade de notre pèlerinage intérieur, nous nous sommes habitués à marcher avec notre ami et Seigneur Jésus-Christ, parlant librement comme un ami parle à l’autre. Honnêtement, si vous vous sentez la force intérieure et  la grâce, ne manquez pas la chance de lui demander d’être accepté sous son pavillon, pour  construire  ainsi le Royaume de Dieu à son côté. Terminer avec le «Notre Père».

On peut résumer la vie de la personne extraordinaire de saint Pierre Claver en trois phrases.

1.- Il fut baptisé le 26 Juin 1580, comme cela ressort du le registre des baptêmes conservé dans les archives de la paroisse. Le curé acheva la cérémonie par ces mots: «Que Dieu en fasse un bon chrétien». Et il en fut ainsi.

Il voulait être prêtre et à 17 ans, se rendit à Barcelone. Là, il rencontra les Jésuites et entra dans la Compagnie de Jésus à l’âge de 22 ans. Il passa ensuite trois ans au Collège de Palma de Majorque. Le réceptionniste, Alonso Rodríguez, qui avait une réputation de sainteté, fut pour lui un ami et un enseignant, qui eut une influence très profonde sur sa vie et l’encouragea à travailler sur le territoire de l’Amérique, continent découvert un siècle plus tôt. Il partit en bateau depuis Séville le 15 avril 1610, et amarra à Cartagena de Indias, sur la côte de la Colombie actuelle.

2.- La vie de Pierre Claver nous fait entrer dans une période sombre de l’histoire, noircie par l’esclavage. Le 3 avril, 1622, il fit son engagement solennel et parapha par ces mots: «Esclave des esclaves noirs pour toujours». Il signa ses vœux religieux et tint sa promesse.

Il offrit un exemple sans équivoque d’amour humain et évangélique pour les esclaves qu’il aimait sans distinction. Il les considéra toujours comme des êtres humains dignes de toute l’attention. Il se rendait au port, à l’arrivée d’un navire négrier, et accueillait les esclaves avec le cœur ouvert et un grand sourire, tout en leur remettant des vêtements, de la nourriture, des boissons et des bonbons. Comme il l’écrit, il ne leur parlait pas avec des mots, mais avec les mains et des actes. Il était inutile de leur parler autrement. S’agenouillant à côté des malades, il les lavait et essayait de les rendre heureux avec autant de signes d’affection qu’il pouvait pour les égayer. Il faisait son travail de charité avec tout son l’amour et encore plus de respect pour la dignité de la personne humaine. Il s’occupait des esclaves noirs non seulement sur le plan matériel mais faisait aussi leur instruction dans la foi et les baptisait. Il faisait tout cela convaincu d’être le serviteur de tous et surtout l’«esclave des esclaves».

3.- Le pape Léon XIII le canonisa et affirma qu’«après la vie du Christ, il n’y en avait pas d’autre qui l’avait  ému aussi profondément que celle de Pierre Claver».

Il vécut pauvre et libre sur la terre jusqu’à  74 ans, souffrant avec ceux qui souffrent, blanc chez les noirs, toujours esclave des esclaves. C’était un Catalan peu bavard mais héroïque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bicyclette: facile.

Palau d'Anglesola : Km 0.
Castellnou : Km 8.
Bellpuig: Km 12,5.
Verdú: Km 24,7.

Mapa

Schéma de l'étape

Altimétrie

Le temps à Verdú

Verdú
19°
nuageux
humidité: 88%
vent: 2m/s OSO
MAX 20 • MIN 19
25°
Dim
24°
Lun
27°
Mar
25°
Mer