Quatre semaines

Nous vous proposons ici une répartition possible des étapes du Chemin Ignacien, appliquée à la technique des «quatre semaines» des Exercices. Étant donné que le pèlerin connaît son expérience personnelle et ses contraintes de temps, nous laissons à chacun la liberté d’adapter notre approche à un besoin plus personnel. Le processus normal commence avec la "première semaine" : donc, si quelqu'un veut se limiter à une semaine, ce serait bien qu’il commence par ces méditations et non par les dernières. Mais à chacun sa sagesse. Si vous doutez, vous trouverez certainement quelques bons conseils de quelqu'un qui a déjà eu l'expérience des exercices dans sa propre vie.

Première semaine de pèlerinage: Loyola - Logroño.

Nous prenons cette approche de Cándido de Dalmases, citée dans le livre "Place me with your son" ( Georgetown University Press, 1986): «Depuis les jours de sa convalescence à Loyola, la recherche constante d’Ignace était de mettre de l'ordre dans sa vie. À ce moment, il s'est rendu compte que la première chose nécessaire était de savoir le but pour lequel sa vie avait été créée. Ce qui importait le plus, c'était que le plan que Dieu avait prévu pour lui fût accompli. Mais pour réaliser la volonté de Dieu, il fallait tout d'abord la découvrir. L'obstacle résidait dans les «affections qui apportent le désordre», qui obscurcissent les yeux de l'esprit et orientent  la volonté vers le mal. Il aurait à lutter contre ces causes de désordre, et il devrait se surpasser lui-même. Ce serait le but ultime auquel les Exercices prétendent, et le titre du livre résume son contenu: ‘Exercices Spirituels pour se vaincre soi-même et ordonner sa vie, sans être déterminé par aucun sentiment qui puisse créer le désordre.’»

Il s'agit du premier pas pour le pèlerin: sentir un grand besoin de découverte personnelle (la volonté de Dieu et les sentiments déréglés), ce qui peut lui apporter un peu de lumière dans sa quête de paix, de liberté et de bonheur. Ignace a emprunté cette voie avec «beaucoup de courage et de générosité envers son Créateur et Seigneur». C’est cette même disposition intérieure que le pèlerin moderne doit prendre sur le Chemin Ignacien.

Tout au long de cette première semaine d’Exercices Spirituels, le pèlerin est invité à suivre l'expérience d'Ignace: «Ignace examina mentalement le cours de sa vie, se rappelant les péchés d'une année à l'autre, les maisons où il avait vécu, ses relations avec les autres, les responsabilités qu'il avait exercées. Deux sentiments dominaient son âme, la honte et la tristesse: la honte de la répugnance du péché, la douleur d'avoir offensé Dieu. Mais le résultat ne fut pas le désespoir.» Ignace rencontre en effet la Croix de l'Amour de Dieu et en découvrant sa grande compassion, il se demande. «Qu'ai-je fait pour le Christ? Que suis-je en train de faire et que dois-je faire pour lui? ». La vie d’Ignace sera une réponse à cette question.

Nous invitons les pèlerins à commencer leur première semaine de marche avec Ignace et à se demander comme lui: qu’ai-je fait dans ma vie? Quelle est mon orientation? Où apparaît la volonté de Dieu dans ma vie? Et quels sont mes sentiments déréglés? Il ne faut pas donner de réponses trop vite, mais laisser les réponses apparaître dans les méditations et les promenades du Chemin Ignacien.

Deuxième semaine: Logroño - Zaragoza.

Alors que nous entrons dans la deuxième phase de nos exercices spirituels, nous avons déjà une certaine expérience des premiers fruits de nos "exercices": notre cœur est rempli de paix et d'amour de Jésus-Christ, après avoir connu sa compassion et l'étreinte chaleureuse du Père qui nous demande d’entrer une fois de plus dans Sa maison.

Après cette expérience, non seulement le pèlerin ne veut pas récidiver dans les offenses à Jésus, mais tient également à le suivre. Selon C. Dalmases, le Christ se présente au pèlerin comme un Roi,   qu’il doit servir «avec une fidélité plus grande que celle qu'il a montrée aux maîtres de ce monde. Jésus appelle les pèlerins à une grande entreprise : la restauration de l'humanité perdue.» Pour Ignace, la sainteté consiste à participer à la conquête d'un royaume. Ignace connaissait bien les ennemis du Christ par sa propre expérience du monde. Ainsi, «Ignace décide de participer à cette campagne avec la plus grande générosité. Il a juste besoin de suivre l'exemple de Jésus, qui marche devant lui. Son ardent désir sera de connaître le Christ intimement afin de l'aimer plus et de le suivre» le mieux et le plus près possible. En méditant sur les scènes évangéliques, Ignace essaie de «pénétrer profondément les «intentions» du Divin Maître, c’est-à-dire, dans son esprit et dans ses principes diamétralement opposés à ceux du monde: la pauvreté et l'humilité contre la cupidité et l'orgueil. Il trouvera tout cela résumé dans le Sermon sur la montagne, où Jésus a enseigné les «béatitudes» au monde. Ignace assumera la pauvreté et l'humiliation afin d'imiter le Christ, pauvre et humilié, et être ainsi accepté sous son étendard.» Cette semaine, le pèlerin est invité à marcher avec Jésus à travers l'Évangile et également saisir le service de Jésus-Christ sous son étendard, tout en pérégrinant dans le Chemin Ignacien. Nous allons découvrir le "chemin du Christ " et le pèlerin va découvrir s’il se sent attiré par Lui comme le fut Ignace.

Troisième semaine: Saragosse - Fraga.

Dans les Exercices Spirituels, cette étape est le moment de la confrontation: toutes les bonnes intentions qui ont émergé à l'étape précédente doivent être purifiées dans l'expérience de la mort sur la croix. Ignace nous guide dans le mystère de la passion et de la mort incompréhensible du Seigneur. Le pèlerin est invité à se joindre en cœur et âme dans ces mystères douloureux. Les premiers disciples de Jésus rappellent ces événements en détail et il semble que ce soit les premiers événements qui ont été écrits pour préserver la mémoire de ce qui s’est passé. Cette expérience choquante a changé leur monde et notre monde. Le Maître a été abandonné par tous, même le Père. Mais Jésus avait la force de la Foi, l'esprit d'Amour et l’immense espoir que Dieu travaille pour le bien de l'humanité. Ignace nous invite à partager ces moments, en veillant et en priant avec Lui dans son agonie, en étant conscients que sa passion est vécue tous les jours dans le corps du peuple, des pauvres et des souffrants.

Cette semaine, le pèlerin est invité à méditer sur la Croix de Jésus présent dans de nombreuses formes, à la fois dans la vie et dans le monde. Nous allons sentir l'empathie pour les crucifiés de notre monde et nous allons méditer à nos bonnes intentions: sommes-nous prêts à suivre notre Roi jusqu’à la fin?

Quatrième semaine: Fraga - Manresa.

Ignace nous emmène vers un nouveau monde dans notre quatrième et dernière semaine: la résurrection nous appelle à un nouveau départ, travaillant à nouveau pour le Royaume. Le confort, la joie, la nouvelle vague de vie que le Christ ressuscité donne à ses disciples du matin de Pâques jusqu'à aujourd'hui représentent le cadeau qu’il faut demander lors de la quatrième semaine. Nous avons vécu avec Lui l'étape de la Croix et maintenant nous partageons sa joie: «De même que les souffrances du Christ abondent pour nous, de même, par le Christ, abonde aussi notre consolation.» (2 Corinthiens 1:5). Dans toutes les propositions évangéliques des contemplations de cette semaine, on voit comment le Seigneur ressuscité se manifeste avec la véritable splendeur de la divinité, par le confort et l’encouragement de ceux que le Père aime.

Au fur et à mesure que nous nous approchons de la fin de notre Chemin Ignacien, nous pouvons ressentir la joie de la réalisation d'un rêve: marcher avec Jésus-Christ et Ignace dans le voyage spirituel qui transforma ce «chevalier vaniteux» il y a 500 ans. Soyons reconnaissants à notre Dieu et marchons avec joie dans cette quatrième semaine. La contemplation de l'amour de Dieu nous aidera à renforcer les bons résultats de notre pèlerinage.