Après Ignacio ... Jusqu'à Rome!

Pendant 15 jours, les pèlerins de Santa Clara Berkeley USA ont marché de Loyola à Manresa et de là ils se sont envolés vers Rome, où ils ont rencontré le Père Sosa, Général de la Compagnie de Jésus.

(Traduction Google de l’original anglais)

Le pèlerinage du Chemin Ignatien est une rencontre personnelle et communautaire avec Dieu à travers le cadre d'Ignace de Loyola, le pèlerin. J'ai rejoint cette aventure avec 14 autres étudiants et professeurs de l'école jésuite de théologie de l'Université de Santa Clara Berkeley Campus. Nous avons étudié, lu et préparé pendant des mois avant notre pèlerinage. Notre préparation physique, académique et spirituelle nous a pris plus que la logistique et les bases pour s'y préparer, mais elle nous a permis de nous rapprocher davantage les uns des autres et de Dieu à travers les yeux et l'expérience de Loyola. Une fois on m'a demandé si je recommanderais ce Chemin Ignatien et ce qu'une personne devrait en attendre, je pense avoir une réponse maintenant.

Ce n'est pas une question facile à répondre car elle a de nombreuses dimensions. Cependant, certains aspects sont fondamentaux pour l'expérience elle-même.

"La vie chrétienne est un pèlerinage de la terre au ciel, et notre tâche est d'en prendre autant de gens que possible pendant que nous faisons ce voyage" (Warren W. Wiersbe). Dès le début de notre préparation, il était clair que ce voyage chrétien n'était pas destiné à être seul. Nous devons le vivre et non seulement le supporter ou le survivre en tant que groupe et en tant qu'individu. Nous le faisons en tant que voyage personnel mais nous sommes aussi interdépendants les uns des autres. Cette citation l'illustre parfaitement. La clé est donc que «en prendre autant des gens que possible» ne soit pas ouvert à l'interprétation. Nous sommes invités à prendre avec nous chacun de nos membres de la famille et de nos amis ainsi que ceux qui nous ont demandé de prier. Nous en prenons beaucoup dans nos prières ainsi que dans nos pensées et notre cœur. Chacun d'entre nous pèlerins a pris des intentions différentes, des douleurs différentes, des joies et des peines dans ce voyage et nous les avons portés autant qu’elles avaient besoin d'être transportés. Quelques-unes de ces prières sont finies tôt dans le pèlerinage. Certaines nous les avons portés jusqu'au bout du Chemin. Il n'y avait pas de limite ou d'attente autant que la qualité et l'intentionnalité de nos actions. La meilleure partie de cela était que l'on ne le faisait pas pour lui ou pour elle. Nous le faisons tous parce que Dieu a mis en nous le désir de le chercher dans le voyage, dans la marche, le pèlerinage, la souffrance de notre longue marche et de nos causeries, ainsi que dans l'admiration et la contemplation de sa création.

Nous avons marché comme Ignace. Nous avons mangé peut-être le même pain ou du pain similaire avec du jambon ainsi que du café avec du lait, mais le travail unique de Dieu avec nous était spécial et adapté à nous. J'ai fait pour moi ce dont j'avais le plus besoin. Dieu s'est manifesté dans le travail d'art que nous avons vu, la création et la beauté d'un nouveau jour; J'ai béni notre conversation quotidienne du matin et, plus important encore, je me suis senti guéri et touché quand nous en avions besoin pour son temps et son espace. Le pèlerinage embrasse non seulement la marche et la compagnie, mais la visite et le passage à travers les mêmes endroits qu'Ignace a passé; nous avons permis à ces lieux sacrés de nous parler. La grâce du pèlerinage est ouverte à être touché quand moins attendu. Être capable de reconnaître Dieu quand je le cherche, mais quand il voit que j'ai besoin de plus.

Si vous pensez faire ce pèlerinage, je vous invite à abandonner votre agenda. La seule chose dont vous avez besoin est un cœur ouvert et prêt à être touché, un esprit confiant et une bonne paire de chaussures.

Alejandro Báez, S.J., Summer Pilgrim 2017

+ ADMG